Musique-Concert

LE PRINTEMPS DE SILLY

Ce samedi 11 septembre, la musique résonnera dans les jardins et cours de la commune de Silly.

5 lieux aux ambiances variées avec en tête d’affiche Charles dans le jardin du CPAS. Un lieu supplémentaire est venu s’y greffer : la cour du café de la Brasserie, place communale avec un concert du cover band RECALL aux reprises des morceaux des années 80.

Dimanche 12 septembre à 16 heures dans l’Eglise de Silly avec l’orchestre des Young Belgian Strings sous la direction de Dirk van de Moortel accompagné de la talentueuse violoniste Sylvia Huang.

Young Belgian Strings

ENSEMBLE À CORDES de BELGIQUE

Sous la direction de Dirk van de Moortel

Young Belgian Strings est un orchestre à cordes composé de 21 jeunes talents, diplômés ou étudiants de tous les Conservatoires et Hautes Ecoles de musique de Belgique, francophones et néerlandophones. Un projet réalisé avec le soutien du Fonds Prince Philippe.

Donner à ses étudiants l’occasion de se rencontrer, d’échanger leurs expériences, de parfaire leur apprentissage, de se produire sur les plus prestigieuses scènes internationales et de se préparer pour une future carrière dans les grands orchestres mondiaux, tels sont leurs objectifs.

Young Belgian Strings est accessible aux étudiants et jeunes diplômés des Conservatoires et Hautes Ecoles de Musique de Belgique avec une limite d’âge de 30 ans. Une étude de marché confirme qu’une réelle demande de la part des jeunes musiciens pour ce genre de projets existe.

Le travail au sein de l’orchestre s’inscrit en complément de la formation musicale dans nos institutions nationales et permet à ces musiciens d’acquérir toutes les connaissances techniques et la pratique du métier de musicien d’orchestre. Les Young Belgian Strings organisent plusieurs sessions de travail par an et des concerts en Belgique et à l’étranger. Y.B.S. bénéficie d’un parrain de renommée internationale en la personne du violoniste Lorenzo Gatto, deuxième lauréat du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique.

​Depuis le 1er janvier 2020, l’Orchestre est placé sous le Haut Patronage de Sa Majesté la Reine.

Dirk Van de MoortelBELGIQUE

Dirk Van de Moortel est violoniste au sein du pupitre des premiers violons de l’Orchestre National de Belgique. Il y encadre régulièrement les élèves des Académies et des Conservatoires appelés à se produire avec l’orchestre dans le cadre des différents projets pédagogiques. Il se produit également avec divers ensembles de musique de chambre de l’ONB, le Duo Romanza, le Trio Baroque Amaryllis, le Bel Orchestra et de nombreuses autres formations en Belgique et à l’étranger aussi bien en musique classique qu’en musique du monde ou en jazz. Dirk Van de Moortel est aussi professeur de violon et de musique de chambre. Il a mené un grand nombre de jeunes violonistes talentueux avec succès aux portes de nos Conservatoires Royaux. Lorenzo Gatto en est le plus bel exemple.

Sylvia Huang

VIOLON I BELGIQUE

Née en 1994, Sylvia commence le violon à l’âge de trois ans avec son père et devient plus tard élève à l’Académie des Arts de la Ville de Bruxelles. Après avoir été en février 2004, lauréate du Concours national de musique « Prix Rotary Breughel », elle remporte en novembre de la même année, un 1er prix au 40ème Concours national de musique « Belfius Classics ». En avril 2008, elle remporte le 1er prix au Concours national « Lions Musical Competition ». 

De 2009 à 2010, elle est recrutée par l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne avant de devenir en septembre 2012, violoniste au sein de l’Orchestre National de Belgique. Depuis août 2014, Sylvia est membre du Royal Concertgebouw Orchestra d’Amsterdam.

Passionnée de musique de chambre, elle fonde en septembre 2014 avec trois de ses collègues le GoYa Quartet Amsterdam, avec lequel elle se produit régulièrement aux Pays-Bas ainsi qu’à l’étranger. Après avoir obtenu en 2015 le prestigieux « Prix de Salon » décerné par le business club de l’orchestre, le quatuor a pu réaliser un enregistrement live de deux concerts couvrant l’intégrale des quatuors de Brahms et de Schumann.

Sylvia a également participé à divers festivals internationaux dont B-Classic Festival van Vlaanderen ou encore les Echappées Musicales du Médoc. En mai 2019, elle est lauréate du Concours Musical International Reine Elisabeth et remporte le Prix Musiq3 du Public ainsi que le Canvas-Klara Prijs.

Au programme  : 

Rachmaninov : Romance & Scherzo

Lalo : Symphonie Espagnole

Chostacovitch :  Symphonie pour cordes 110A


Infos et réservations : Service culturel de la Commune de Silly – Tél. 068/25.05.12 – E-mail: culture@silly.be Prix des places : 12 euros (prix unique)
Le Printemps musical de Silly est organisé en collaboration avec la Commune de Silly

Le festival Théâtre au vert programmé du 18 au 22 août prochain et fêtera ses 20 ans !

Vous souvenez-vous de ce spectacle?

copyright RTBF

Les organisateurs du festival Théâtre au Vert à Thoricourt (Silly) se réjouissent que la Ministre de la culture Bénédicte Linard, « attentive à la situation particulière de notre festival », ait été soucieuse de lui garantir enfin une plus grande stabilité ; suivant l’avis favorable de sa commission des arts vivants, elle a accepté de pérenniser et actualiser sa subvention pour les années 2021, 2022 et 2023. 

Dès lors, si tôt l’annonce des mesures de déconfinement d’application pour le secteur culturel dans les prochains mois, l’équipe du festival s’est réunie afin de poursuivre le travail de préparation de sa 20ème édition. 

Comme nous l’avons démontré avec succès l’année passée, nous nous adapterons aux conditions en vigueur cet été, tant en ce qui concerne les protocoles à mettre en œuvre que, en concertation continue avec les artistes, les éventuelles adaptations à apporter à leurs spectacles.  Nous veillerons avant tout à maintenir un accueil convivial et de qualité. 


Toute l’équipe du festival est donc très heureuse de vous confirmer l’organisation de la 20ème édition du Festival Théâtre au Vert du 18 au 22 août prochain. 

Deux nouvelles scènes seront proposées aux festivaliers, de quoi augmenter l’offre culturelle.  Le festival s’inscrit ainsi dans la dynamique de relance préconisée par la fédération Wallonie-Bruxelles. 

Dans le cadre de cette édition-anniversaire, nous vous réservons de nombreuses surprises, dont une création, une comédie contemporaine écrite par Christian Leclercq, le président du festival et mise en scène par Evelyne Rambeaux.   

Une attention particulière sera maintenue en faveur des jeunes publics. Elle se traduira par la programmation de plusieurs spectacles à destination des jeunes ainsi que par une tarification préférentielle (5 euros). 

Nous communiquerons la programmation ainsi que toutes les modalités pratiques de l’organisation du festival dans le courant du mois de juin. 

L’équipe du festival Théâtre au Vert 

ROCK WERCHTER 2022 C’est mieux? Déçu? Nous, aussi

ENSEMBLE

EXPLICATION DES RESPONSABLES DE L’ORGANISATION, ils vous disent »

Rock Werchter est reporté à la prochaine édition soit du 30 juin au 3 juillet 2022 • De nouveaux projets pour l’été 21 en préparation.

Cette décision n’a vraiment pas été prise à la légère. Au cours de ces derniers mois, nous nous sommes beaucoup entretenus avec les autorités, des experts et des représentants d’autres festivals belges et étrangers, l’objectif étant d’assurer un redémarrage en toute sécurité. Car la sécurité et la santé de nos fans, de l’équipe et des collaborateurs, ainsi que des artistes sont toujours nos priorités n°1.

Le déploiement rapide de la vaccination a suscité de l’espoir. Y arriverait-on ? Ou pas ? Voilà la question à un million, que nous nous sommes posée tous les jours.

Nous sommes arrivés à la conclusion suivante : il est impossible de préparer normalement le festival et d’avoir la certitude, une fois sa date fixée, qu’il pourra avoir lieu dans son format habituel. Or, ce que nous voulons, c’est toujours offrir à nos fans et aux artistes la plus belle des expériences Rock Werchter.  

Reporter une nouvelle fois le festival est la bonne décision, mais la pilule est évidemment amère, terriblement amère. Ce report a un impact sur beaucoup de gens : nos collaborateurs fixes, les équipes techniques, les fournisseurs, les artistes et leur entourage, toutes les associations locales… Cela fait déjà un an que notre secteur est à l’arrêt. S’il y a de la lumière au bout du tunnel, des jours sombres attendent encore le secteur, et ce même si les activités peuvent reprendre bientôt, prudemment. Le secteur de la musique live, il y a peu encore si florissant, est pratiquement exsangue et a besoin de votre soutien. Nous comptons sur les différents gouvernements. La Belgique est connue dans le monde entier pour ses festivals. Nous sommes un pays de festivals, nous voulons et devons le rester. 

Un merci tout particulier à vous, les fans et amis du festival.  YOU ROCK WERCHTER. À chaque édition et toujours à fond. Nous vous avons vus modifier vos tickets, confiants et impatients de vivre à nouveau de beaux moments. Garder espoir en ces temps sombres, faire preuve de compréhension face à l’incertitude, vous soutenir mutuellement et nous apporter votre soutien. Nous ne pourrons jamais assez vous en remercier et espérons vivement vous faire vivre de beaux souvenirs, ensemble.

Rock Werchter fêtera son retour l’année prochaine. Un festival en pleine forme et à plein régime, plus fort que jamais. Certains artistes prévus en 2021 seront de retour en 2022 et seront associés à de nouveaux grands noms. Des noms et des infos pratiques suivront. Ce qui est sûr, c’est que ça va déchirer du jeudi 30 juin au dimanche 3 juillet 2022. Les festivaliers déjà en possession de tickets seront personnellement contactés par Ticketmaster. Leur commande sera entièrement transférée sur 2022, et ceux qui le souhaitent pourront les convertir en un bon à valoir. Celui-ci pourra être utilisé librement dans les festivals organisés au Parc du Festival de Werchter en 2021 (voir plus bas) et 2022. La vente des tickets pour l’édition 2022 de Rock Werchter commencera cet automne. Plus d’infos suivront.

En route surtout vers des temps meilleurs ! Car ils arrivent, nous en sommes convaincus. Été, concerts, Werchter. Un trio gagnant et magique. Nous avons une formidable envie de faire revenir la musique et les concerts dans le Parc du Festival cet été. Nous recherchons la formule la plus adaptée et la meilleure pour tout le monde, nous reviendrons vous en parler dès que nos projets seront prêts. Sûr que nous allons chanter, danser et profiter de l’été tous ensemble. Longue vie à la musique live !

Take care, stay safe. Tenez bon, tout ira bien.

Vrouwelijke regisseurs gaan met de prijzen lopen op JEF Festival

​​​​​​​Afgelopen zondag werden de filmprijzen van het JEF jeugdfestival – dat dit jaar online doorging – uitgereikt. Tijdens de award ceremonie in het Zuiderpershuis (Antwerpen) werden de winnaars van de vier competities bekend gemaakt door presentator Dempsey Hendrickx.

Bij de expertenjury ging de Prijs voor Beste Langspeelfilm naar Hitler heeft mijn roze konijn gestolen (Sommerhaus Filmproduktion) van de Duitse regisseur Caroline Link. De film, die verhaalt over een joodse familie die de nazi’s ontvluchtte en genoodzaakt werd doorheen Europa te migreren, is nog steeds zeer actueel: “Alle Europese landen zijn migrantensamenlevingen. Daarom moet elke nieuwe generatie kijkers verhalen te zien krijgen over het leven als vluchteling. Je kan – helaas – vaststellen dat sommige verhalen nooit te oud of achterhaald zijn om verteld te worden. We moeten allemaal onze gemeenschappelijke geschiedenis onder ogen zien en ervan leren.”

De Prijs voor Beste Kortfilm ging naar Howling (Serendipity Films) van de Belgische Laura Van Haecke. En ook de Publieksprijs voor Beste Kortfilm kon door Howling opgestreken worden. In de kortfilm waarin afwezigheid centraal staat, speelt Natali Broods de moeder van de (ook in het echte leven) zusjes Bo en Rani Van Langenhove. Bovendien was de jury lovend over de prestaties van monteur Lawrence Paul Foley (Provence), en cameraman Pieter-Jan Claessens (Da Yie): « Voor de prachtige poëzie en het intelligente gebruik van magisch realisme. De cinematografie van deze kortfilm slaagt erin om de innerlijke wereld van het hoofdpersonage visueel uit te drukken via innovatieve manieren van filmen en artistieke ambities. Howling is een subtiele maar intense beleving van de kindertijd.« 

De Prijs voor Beste Korte Documentaire werd opgeëist door onze noorderburen. In de korte documentaire Meisjesjongensmix (Prospektor) van Lara Aerts vertelt Wen Long, een intersekse kind, haar verhaal. De jury vond het alvast “een spontane film die ons sterk verbindt met het hoofdpersonage.”“We wensen dat ieders jeugd zo gelukkig kan zijn als die van Wen Long”, vertellen ze verder.

Opvallend is dat de drie winnende films door vrouwelijke regisseurs werden gemaakt, een gegeven dat geheel aan de sterkte van de films kan worden toegeschreven.

We zijn blij dat de drie winnende films van het festival door vrouwelijke regisseurs gemaakt werden. De keuze was toevallig en uitsluitend op basis van hun verdienste. Het waren sterke, kwalitatief hoogstaande films die drie heel verschillende verteltechnieken hanteerden. Ze waren poëtisch, visueel krachtig, ze zetten ons aan het denken en ze zouden door een breed publiek gezien moeten worden. Maar het allerbelangrijkste is dat het films zijn waarvan zowel kinderen als volwassenen kunnen genieten en dat is een maatstaf voor heel goede films!« 

Bij de kinderjury ging de Poolse film Triple trouble (Koi Film) van Marta Karwowska met de Prijs voor Beste Langspeelfilm lopen. Een film vol actie en avontuur waarin de personages te maken krijgen met vriendschap, liefde, wantrouwen en jaloezie – en hoe daarmee om te gaan.

De Prijs voor Beste Kortfilm ging naar de Noorse kortfilm Het sledekoor (Fjordic Film) van Torfinn Iversen. De kortfilm gaat over een jongen met een droom, het helpen van je medemens en ze belicht tevens de vluchtelingenproblematiek. 

Een tweede maal viel een landgenoot in de prijzen met de Prijs voor Beste Korte Documentaire voor Yaren en de zon (Storyhouse) van Renate Raman en Joren Slaets. Dat Renate Raman puik werk levert, hoef je ons niet meer te vertellen. Als videograaf is ze geen onbekende bij Filmfestival Oostende. Ook maakt Yaren en de zon deel uit van Ket & Doc, een project van VAF, JEF en Ketnet waaruit jaarlijks vijf korte documentaires ontstaan voor kinderen tussen 9 en 12 jaar. 

Ook de JEF ziekenhuisjury, bestaande uit kinderen met een beperkte mobiliteit die vanuit het ziekenhuis of revalidatiecentrum hun favoriete kortfilms bekeken, konden hun stem uitbrengen. De Litouwse kortfilm Matilda en het reservehoofd (M-Films) van Ignas Meilunas kreeg dan ook de Prijs voor Beste Kortfilm.

Met de keuze van de Studentencompetitiejury viel voor een derde maal een film van Belgische bodem in de prijzen. De kortfilm Sorry I don’t understand (LUCA School of Arts) van Natalie Feoktistova, een 3D-papieranimatie over het verdwalen in een vreemde taal en de barrières waar je op botst, kon de jury alvast bekoren: “De animatie kortfilm wist de jury door zijn “schijnbare eenvoud” te overtuigen. Natalie Feoktistova vertelt op een heldere wijze een gelaagd verhaal via een meesterlijke animatietechniek, met veel oog voor detail en humor.”

Onderstaand een overzicht van alle winnaars per categorie. Alle bekroonde films zijn nog online te bekijken t.e.m. zondag 28 februari, alsook de rest van het festivalprogramma op www.JEFfestival.be.

Resultaten

Professionele jury:

  • Prijs voor Beste LangspeelfilmHitler heeft mijn roze konijn gestolen van Caroline Link (Sommerhaus Filmproduktion, Duitsland, Zwitserland)
  • Prijs voor Beste KortfilmHowling van Laura Van Haecke (Serendipity Films, België)
  • Prijs voor Beste Korte Documentaire: Meisjesjongensmix van Lara Aerts (Prospektor, Nederland)

Kinderjury:

  • Prijs voor Beste LangspeelfilmTriple trouble van Marta Karwowska (Koi Film, Polen)
  • Prijs voor Beste KortfilmHet sledekoor van Torfinn Iversen en Fjordic Film (Fjordic Film, Noorwegen)
  • Prijs voor Beste Korte Documentaire: Yaren en de zon van Renate Raman en Joren Slaets (Storyhouse, België)

Beste medialab installatieCats & coins van Siegfried Croes (België)

JEF in het ziekenhuisjury Beste kortfilmMatilda en het reservehoofd van Ignas Meilunas (M-Films, Litouwen)

Publieksprijs Beste kortfilmHowling van Laura Van Haecke (Serendipity Films, België)

StudentencompetitiejurySorry I don’t understand van Natalie Feoktistova (LUCA School of Arts – Campus Sint-Lukas Brussel, België)

Netflix investit dans l’écriture de séries en Afrique… anglophone

Le « Laboratoire de développement de séries africaines » de l’Institut Realness concerne, pour le moment, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya.

image Organisation Internationale de la Francophonie

L’institut Realness a lancé à la fin de l’année 2020 avec le soutien de Netflix un laboratoire de développement de séries (« Episodic Lab ») destiné aux auteurs sud-africains, nigérians et kényans. Realness s’était fait connaître auparavant par ses résidences d’écriture de longs-métrages, organisées en partenariat avec la productrice française Marie Dubas (Deuxième Ligne Films). L’OIF a soutenu à plusieurs reprises la participation de cinéastes de pays membres de la Francophonie à ces résidences : Mohamed Siam et Reem Morsi (Egypte) y ont pris part de même que Kantarama Gahigiri (Rwanda), en 2018 et Firoza Zahir Houssen (Madagascar) en 2019. L’institut Realness est dirigé par le producteur brésilien/sud-africain Elias Ribeiro. 

texte: Organisation Internationale de la Francophonie

Sami Bouajila dans « Un fils » : après le prix Lumière, un César ?

Le comédien franco-tunisien est « nominé » dans la catégorie « meilleur acteur » pour son rôle dans le film de Mehdi Barsaoui, soutenu par le Fonds Image de la Francophonie.

Photo Organisation Internationale de la Francophonie

Déjà récompensé par le prix du meilleur acteur de la section « Orizzonti » en 2019 à Venise, puis par le prix « Lumière » du meilleur acteur en janvier dernier, Sami Bouajila est maintenant en lice pour un César. La cérémonie aura lieu le 12 mars. 

Ci-dessous, la liste complète des artistes et films retenus dans les différentes catégories.

Meilleur film

Adieu les cons d’Albert Dupontel 

Adolescentes de Sébastien Lifshitz 

Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait d’Emmanuel Mouret 

Meilleure actrice :

Laure Calamy (Antoinette dans les Cévennes)

Martine Chevallier (Deux)

Virginie Efira (Adieu les cons)

Camélia Jordana (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Barbara Sukowa (Deux)

Meilleur acteur :

Sami Bouajila (Un fils)

Jonathan Cohen (Enorme)

Albert Dupontel (Adieu les cons)

Niels Schneider (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Lambert Wilson (De Gaulle)

Meilleur second rôle féminin :

Fanny Ardant (ADN)

Valeria Bruni Tedeschi (Eté 85)

Emilie Dequenne (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Noémie Lvosky (La bonne épouse)

Yolande Moreau (La bonne épouse)

Meilleur second rôle masculin :

Edouard Baer (La bonne épouse)

Louis Garrel (ADN)

Benjamin Lavernhe (Antoinette dans les Cévennes)

Vincent Macaigne (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Nicolas Marié (Adieu les cons)

Espoir féminin :

Mélissa Guers (La fille au bracelet)

India Hair (Poissonsexe)

Julia Piaton (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Camille Rutherford (Felicita)

Fathia Youssouf (Mignonnes)

Espoir masculin :

Guang Huo (La nuit venue)

Félix Lefebvre (Eté 85)

Benjamin Voisin (Eté 85)

Alexandre Wetter (Miss)

Jean-Pascal Zadi (Tout simplement noir)

Meilleur scénario :

Albert Dupontel (Adieu les cons)

Caroline Vignal (Antoinette dans les Cévennes)

Emmanuel Mouret (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Filippe Meneghetti et Malysone Bovorasmy (Deux)

Benoît Depéline et Gustave Kervern (Effacer l’historique)

Meilleure adaptation :

Olivier Assayas (Cuban Network)

Hannelore Cayre et Jean-Paul Salomé (La daronne)

François Ozon (Eté 85)

Stéphane Demoustier (La fille au bracelet)

Eric Barbier (Petit pays)

Meilleur musique originale :

Christophe Julien (Adieu les cons)

Stephen Warbeck (ADN)

Mateï Bratescot (Antoinette dans les Cévennes)

Jean-Benoît Dunckel (Eté 85)

Rone (La nuit venue)

Meilleur son :

Jean Minondo, Gurwal Coïc-Gallas et Cyril Holtz (Adieu les cons)

Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard (Adolescentes)

Guillaume Valeix, Fred Demolder et Jean-Paul Hurier (Antoinette dans les Cévennes)

Maxime Gavaudan, François Mereu et Jean-Paul Hurier (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Brigitte Taillandier, Julien Roig et Jean-Paul Hurier (Eté 85)

Meilleure photo :

Alexis Kavyrchine (Adieu les cons)

Antoine Parouty et Paul Guilhaume (Adolescentes)

Simon Beaufils (Antoinette dans les Cévennes)

Laurent Desmet (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Hichame Alaouié (Eté 85)

Meilleur montage :

Christophe Pinel (Adieu les cons)

Tina Baz (Adolescentes)

Annette Dutertre (Antoinette dans les Cévennes)

Martial Salomon (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Laure Gardette (Eté 85)

Meilleurs costumes :

Mimi Lempicka (Adieu les cons)

Madeline Fontaine (La bonne épouse)

Hélène Davoudian (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Anaïs Romand et Sergio Ballo (De Gaulle)

Pascaline Chavanne (Eté 85)

Meilleurs décors :

Carlos Conti (Adieu les cons)

Thierry François (La bonne épouse)

David Faivre (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

Nicolas de Boiscuillé (De Gaulle)

Benoît Barouh (Eté 85)

Meilleure réalisation :

Albert Dupontel (Adieu les cons)

Maïwenn (ADN)

Sébastien Lifshitz (Adolescentes)

Emmanuel Mouret (Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait)

François Ozon (Eté 85)

Meilleur film de court métrage

L’aventure atomique de Loïc Barché 

Bal tringue de Josza Anjembe

Je serai parmi les amandiers de Marie Le Floc’h

Qu’importe si les bêtes meurent de Sofia Alaoui

Un adieu de Mathilde Profit 

Meilleur film d’animation

court métrage

Bach-Hông d’Elsa Duhamel 

L’heure de l’ours d’Agnès Patron 

L’odyssée de Choum de Julien Bisaro 

La tête dans les orties de Paul Cabon 

long métrage

Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary  de Rémi Chayé 

Josep  d’Aurel 

Petit vampire  de Joann Sfar 

Meilleur film documentaire

Adolescentes  de Sébastien Lifshitz 

La cravate  d’Etienne Chaillou 

Cyrille agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes  de Rodolphe Marconi 

Histoire d’un regard  de Mariana Otero 

Un pays qui se tient sage  de David Dufresne 

Meilleur premier film

Deux de Filippo Meneghetti 

Garçon chiffon  de Nicolas Maury 

Mignonnes de Maïmouna Doucouré 

Tout simplement noir de Jean-Pascal Zadi et John Wax 

Un divan à Tunis de Manele Labidi 

Meilleur film étranger

1917  de Sam Mendes

La communion de Jan Komasa

Dark waters de Todd Haynes

Drunk de Thomas Vinterberg

Eva en août de Jonas Trueba

Texte: Organisation Internationale de la Francophonie

Il va pleuvoir sur Conakry… sur les planches

Photo Organisation Internationale de la francophonie

Plongeons-nous dans l’univers de l’auteur, au coeur de l’Afrique de l’Ouest : La Côte d’Ivoire. Le Film mythique du regretté Cheick Fantamady Camara a fait l’objet d’une adaptation théâtrale. Première à Abidjan le 12 février.

C’était en direct à l’Institut Français de Côte d’Ivoire à Abidjan la première représentation de la pièce « Il va pleuvoir sur Conakry » adaptée du film de Cheick Fantamady Camara. 

Adaptation signée Annabel Thomas et mise en scène de Souleymane Sow et Annabel Thomas. Avec : Delphine Assofi Eba, Michel Bohiri, Béatrice Bosson, El Hadj Cisse, Vadieneka, Tiekoumba Dosso et Tella Kpomahou. La pièce est produite et diffusée par : TSK Studio. 

L’histoire : Bengali dit BB est une jeune caricaturiste à Conakry, fou amoureux de la belle Kesso. Ancré dans son temps, il rêve d’un avenir meilleur et d’une vie simple et moderne. Mais son père, imam reconnu à Conakry a d’autres projets pour lui et espère que son fils lui succèdera. Entre traditions et modernité, le père et le fils s’opposent et l’orage couve. 

Retrouvez l’annonce de la représentation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1165923873823237

CINEMA BELGE

Stéphanie van Leonardo Van Dijl wint Ensor Beste Kortfilm

Stephanie van Leonardo Van Dijl wint Ensor Beste Kortfilm

Leonardo Van Dijl (28) uit Kortrijk maakte vorig jaar deel uit van de officiële selectie van het filmfestival van Cannes met zijn kortfilm Stephanie en gaat in 2021 met de Ensor voor Beste Kortfilm naar huis. Charlotte Verwimp, die de hoofdrol vertolkt, nam de Ensor in ontvangst.

Een driekoppige professionele jury, bestaande uit Bülent Öztürk (Houses With Small Windows en Blue Silence), Britt Raes (Catherine) en Kristof Bilsen (Mother) selecteerde uit tachtig ingeschreven projecten negen kortfilms:

“We kozen voor films die met hun vertelling het louter narratieve overstijgen, films waarin de beeldtaal en het geluid integraal het verhaal vertellen. We werden geraakt door films die een visuele schoonheid combineren met authenticiteit, vernieuwing en poëzie.”

Vervolgens stemde De Ensor Academie Stephanie van Leonardo Van Dijl als winnaar van de Ensor voor Beste Kortfilm.

Stephanie is de derde en laatste film van Leonardo zijn sportieve drieluik. In 2013 begon hij aan de LUCA School of Arts in Brussel aan zijn debuut Get Ripped, dat tijdens Outfest Los Angeles de Grand Jury Award in de wacht sleepte. Zijn tweede (afstudeer)film Umpire debuteerde op het Filmfestival van Locarno en kreeg een eervolle vermelding op San Sebastian Film Festival. Umpire leverde hem als kers op de taart een Wildcard (€60.000) van het Vlaams Audiovisueel Fonds op. Dankzij deze steun kon hij, onder begeleiding van Fien Troch (Home) en productiehuis De Wereldvrede, zijn project Stephanie verwezenlijken. 

Stephanie vertelt het verhaal van een elfjarige gymnaste, vastberaden om de landstitel te bemachtigen ondanks de hoge verwachtingen die daarmee gepaard gaan. De hoofdrolspeelster Charlotte Verwimp, die de Ensor in ontvangst nam, heeft heel wat gelijkenissen met haar personage. Ze is dit jaar gestart in het middelbaar van de Topsportschool in Gent en heeft al veel moeten opgeven om daar te geraken. Het was voor haar een hele eer om de Ensor in ontvangst te mogen nemen. Graag bedankt ze haar tegenspeelster Sofie Decleir, regisseur Leonardo Van Dijl en de hele cast en crew voor de fijne draaiperiode.

Naast zijn kortfilms werkt Van Dijl ook aan reclame- en muziekprojecten voor onder andere Oscar & The Wolf, School is Cool en het modemerk Prada. Momenteel schrijft Leonardo Van Dijl aan zijn eerste langspeelfilm. Als zijn langspeeldebuut even goed onthaald wordt als zijn kortfilms, dan staat er ongetwijfeld een volgende Ensor nominatie op hem te wachten. © Kristof Ghyselinck© Kristof Ghyselinck© Kristof Ghyselinck

© Kristof Ghyselinck

Story image

Billie VerpootenPers, De Ensors

Filmfestival OostendePers, Filmfestival Oostende

A.C.F asbl continue avec ou sans confinement

Nous sommes unis pour vous aider, chers Artistes, chers Inventeurs. Vous avez une idée? Un concept à mettre en place et vous avez besoin d’être soutenu? Un défilé de mode? Se préparer à un futur casting? En français? En Anglais? Suivre une formation pendant 1 mois pour savoir cadrer, écrire un scénario, faire un album photo pro? Une invention qui est en vous et qui a besoin d’être dévoilée????

C’est Possible avec nous!

Devenez membre sans plus tarder et ensuite prenez contact avec nous pour un rendez-vous

Adhésion annuelle 67€ versement à faire vers la banque au numéro suivant BE56 0689 0352 2388 ajoutez votre nom et prénom dans la communication

LE MOIS DU DOC Bruxelles en novembre, vous êtes prêt(e)s?

Lancé en 2018 à l’initiative du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Mois du Doc – anciennement Week-end du Doc de 2013 à 2017 – est le rendez-vous incontournable des amateurs et des professionnels du documentaire belge francophone.

Du 1er au 30 novembre
 Wallonie-Bruxelles vous propose les semaines documentaires
Alors que le monde entier fait face à une nouvelle réalité, le Mois du Doc vous ouvre une nouvelle fois ses portes en braquant ses projecteurs sur des questions de société qui nous concernent tous à travers les œuvres de cinéastes du réel et la pluralité de leurs points de vue.
Nous vous donnons rendez-vous durant tout le mois de novembre afin de découvrir ou redécouvrir des documentaires belges – tantôt courts, tantôt longs – partout à Bruxelles et en Wallonie.
Au programme, plus de 136 séances de 89 films, dont la majorité accompagnées par des réalisateurs·trices, vous attendent dans des salles de cinéma, des centres culturels ou encore des bibliothèques.
Après les réalisateurs césarisés Jean Libon et Yves Hinant, parrains de la 1re édition, et notre marraine 2019 Ève Duchemin, c’est Jawad Rhalib, assoiffé de comprendre le monde (cfr. son édito), qui reprend le flambeau pour cette 3e édition si particulière du Mois du Doc.
Cette année, la tendance de la programmation, à la discrétion des opérateurs socioculturels, est notamment au féminin et à la planète, parmi un éventail toujours plus large de thématiques abordées.
Alors que notre monde se complexifie et que notre emprise sur le réel semble toujours plus se dissiper, le Mois du Doc vous donne l’opportunité de découvrir la richesse de nos réalités et des points de vue sur le monde qui nous entoure.
En Brabant Wallon, focus sur les enjeux contemporains avec notamment la projection d’Overseas à Genappe ou Mon nom est clitoris à Louvain-la-Neuve.
À Bruxelles, le BAFF fêtera ses 20 ans alors que PointCulture et Cinergie organisent 4 projections à l’ULB dans le cadre du festival #Révolte.
Du côté de Liège, la nature est à l’honneur avec notamment la projection de la web-série Trail for Trees à la bibliothèque de Malmedy.
Dans le Hainaut, de grands cinéastes belges seront à l’honneur avec 4 films de la collection « Cinéastes d’aujourd’hui » de la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Jaco Van Dormael, Patar et Aubier, Thierry Michel et Bouli Lanners.
La transition sera au menu du Luxembourg avec notamment la projection d’Un monde positif tandis que la province de Namur accueillera le festival À travers Champs.
Le Mois du Doc pourra également être suivi directement depuis chez vous : 10 films, dont plusieurs inédits, seront diffusés sur les chaînes de la RTBF et en vidéo à la demande sur Auvio ; tandis qu’un corner dédié au Mois du Doc comprenant plus de 50 documentaires belges sera également accessible sur la plateforme SVOD Sooner durant tout le mois de novembre.

Nous vous souhaitons un Mois du Doc riche de rencontres, de réflexions et de découvertes !
Source: Information Wallonie Bruxelles

Rendez-vous sur www.moisdudoc.be pour la programmation à jour en fonction de la situation sanitaire.