NEWS : La Sabam

Chute libre des revenus issus des droits d’auteur suite aux restrictions Covid-19mai 18, 2021

En 2020, les revenus issus des droits d’auteur se sont chiffrés à environ 126 millions d’euros. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui la Sabam, la société des auteur·e·s, lors de son assemblée générale annuelle des actionnaires. En 2019, ce montant s’élevait encore à 156 millions d’euros. Soit une baisse d’environ 30 millions d’euros en un an !

En 2020, la crise du Covid-19 a eu un effet dévastateur sur les revenus de la société d’auteur·e·s (-19%). En cause l’annulation massive d’événements, soirées, concerts et représentations théâtrales, mais aussi une saison festivalière entièrement tombée à l’eau.

Répercussions immédiates pour le théâtre

Le monde du théâtre ressent déjà aujourd’hui l’impact considérable de la crise sanitaire puisque que les droits d’auteur dans ce secteur sont répartis par représentation. Conséquence ? L’absence de représentations engendre une baisse de 37% des revenus issus des droits pour les auteurs de théâtre.

« On observe bien sûr des conséquences économiques : 25 dates d’une pièce de théâtre ont été annulées. Je n’ai touché ni indemnités ni droits d’auteur pour ces représentations. Une création pour le Théâtre de la Toison d’Or a été reportée à deux reprises. L’un de ces reports a été compensé par la première aide du fédéral. Un rapide calcul a conclu à plusieurs milliers d’euros de pertes. » explique Samuel Tilman, cinéaste et metteur en scène.

Pour les autres secteurs – musique, audiovisuel, arts visuels et littérature – les conséquences ne seront réellement visibles qu’en 2021. Pourquoi ? Parce que les revenus de droits d’auteur dans ces secteurs sont généralement répartis l’année d’après sur base des listes d’œuvres jouées transmises par les organisateurs et les radiodiffuseurs.

Ceci explique aussi pourquoi la Sabam a pu répartir à ses auteur·e·s en 2020 – l’année même du déclenchement de la pandémie – 112 millions d’euros en droits d’auteur, soit environ 2 millions d’euros de plus par rapport à 2019. En ce sens, les 43.000 actionnaires de la société ont encore pu bénéficier en 2020 des bons résultats du passé.

Un avenir peu encourageant

Les attentes pour le futur proche sont moins positives. Si l’on s’attarde sur les chiffres absolus, la Sabam s’attend à ce que les auteur·e·s de musique et de théâtre soient particulièrement touché·e·s par la crise en 2021 et 2022.

« Notre secteur est celui qui a été le plus durement touché ! La culture fut le premier secteur à devoir se mettre en stand-by et nous serons probablement le dernier secteur à pouvoir à nouveau tourner à plein régime. On oublie trop souvent que la culture est le moteur de notre économie. Un établissement horeca sans musique, c’est inconcevable, non ? Et il n’y a pas de salle de cinéma sans films ni de centre culturel sans artistes qui se produisent sur une scène. » déclare Carine Libert, CEO de la Sabam.

Poursuite inlassable du soutien aux auteur·e·s

De nombreux/euses auteur·e·s rencontrent d’énormes difficultés financières. La Sabam avait déjà calculé précédemment que ses membres avaient vu leur échapper près de 54 millions d’euros depuis le début de la crise. Afin de les aider à tenir la tête hors de l’eau, ils/elles peuvent depuis avril 2020 retirer à titre exceptionnel une partie ou l’intégralité de leur réserve constituée du Fonds social de la Sabam. 9.000 auteur·e·s ont ainsi reçu accès à une manne financière globale de plus de 18 millions d’euros. 1.400 d’entre eux/elles ont fait la démarche nécessaire, pour un montant total de 3,9 millions d’euros.

Après de longues négociations, le gouvernement fédéral a récemment décidé de libérer à son tour plus de 19 millions d’euros afin d’offrir aux auteur·e·s et aux artistes une compensation pour les droits qui leur ont échappé en 2020 et en 2021. De ce montant, la Sabam devrait recevoir 16 millions d’euros en vue de rémunérer ses auteur·e·s pour une partie des droits qu’ils/elles ont perdus suite aux mesures prises pour lutter contre le Covid-19.

1,5 million d’euros pour plus de 700 initiatives culturelles

En soutenant des initiatives existantes ainsi que de nouvelles initiatives, la Sabam est restée aux côtés de ses auteur·e·s et éditeurs/trices pendant la crise. Via Sabam for Culture, elle a investi l’année dernière dans plus de 700 initiatives culturelles pour un montant total de 1,5 million d’euros. Et un budget supplémentaire d’un demi-million d’euros a été injecté dans Sabam for Culture à titre de soutien et de relance du secteur culturel. Ce faisant, la Sabam a pu attribuer deux fois plus d’aides que les années précédentes pour atteindre un total de 563 bourses.

« La Sabam a été présente pour les artistes. Ce qu’elle a mis en place a vraiment fait une différence. Pour moi, c’était important parce que, pour une fois, mon travail d’auteure était reconnu et rémunéré comme tel. Moralement, cela a eu un gros impact. Je suis généralement payée comme comédienne mais pas pour l’écriture. Être rémunérée comme auteure m’a fait du bien. » témoigne Zidani, auteure et artiste de stand-up.